L’EMDR, une nouvelle hypnose dans la gestion des traumatismes

28 nov. 2020

emdr c'est quoi.png emdr c'est quoi.png

L’EMDR, c’est quoi ?

Parlons d’abord du traumatisme. Quand on entend un bruit, notre corps réagit, ce qui provoque une émotion : surprise, peur… Notre cerveau essaie de comprendre ce qu’il s’est passé, ce que c’était et d’où cela venait pour ensuite intégrer ces informations/réponses. Dans certains cas, le stimulus est trop important (ex : une bombe, un crash de voiture…). Notre manière de réagir peut être démesurée, notre peur, intensifiée. Nous ne pouvons plus gérer nos émotions, elles deviennent alors, incontrôlables. Il peut s’agir d’un bruit, d’une vision, d’une odeur, d’une expérience douloureuse et/ou effrayante courte, unique ou au contraire répétée. Si ces réactions perdurent dans le temps, on parlera de trouble stress post traumatique. Ce qui peut s’avérer être très handicapant dans le quotidien des personnes. En effet, elles finissent par mettre en place des stratégies pour ne plus être confrontées à la possibilité d’un nouveau traumatisme du même genre. Dans le cas d’une bombe, la personne n’osera plus sortir… au cas où, pour autant, la probabilité de se retrouver à nouveau face à une bombe est extrêmement faible. Alors, elle évitera les endroits où il y a foule, ne prendra plus le métro, tressaillira au moindre bruit inhabituel et se repliera sur elle-même de plus en plus... C’est l’histoire du chat échaudé qui craint l’eau froide… Le traumatisme est tellement ancré que ses conséquences prennent trop de place dans la vie de la personne. Ces nouveaux comportements peuvent générer des malaises ainsi qu’un état pouvant aller du mal-être quotidien jusqu’à la dépression. Il conviendra donc de retraiter l’information qui ne l’a pas été, afin de la « digérer » correctement. C’est ce que permet la thérapie EMDR au travers des mouvements oculaires.

emdr-schema.webp

L’histoire de l’EMDR

L’EMDR (eye movement desensitization and reprocessing) ou la désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires est apparue à la fin des années 80, venue tout droit des Etats-Unis. Il s’agit d’une thérapie basée sur la stimulation alternée des mouvements des yeux ce qui vient impacter le processus de traitement de l’information. L’objectif de l’EMDR permet l’amélioration de l’état psychique du patient par un processus de changement. C’est en 1987 que Francine Shapiro, alors doctorante en psycho, découvrit ce qui allait devenir sa méthode thérapeutique. En effet, lors de ballades quotidiennes où elle contemplait des vols de canards allant de droite à gauche au-dessus d’un plan d’eau, elle remarqua le bien-être que ça lui procurait alors qu’elle traversait une période difficile de sa vie. A partir de ce moment, l’EMDR bénéficia rapidement d’essais cliniques percutants, prouvant son efficacité, notamment auprès des militaires de retour de la guerre du Golf en 1991.

Comment se passe une séance d’EMDR ?

emdr comment ca se passe.jpg

Le praticien peut utiliser plusieurs outils. Le premier, le plus classique, ce sont ses doigts que la personne doit suivre de gauche à droite. En fonction du canal prédominant du patient, il est également possible d’utiliser un casque avec des bips, toujours de gauche à droite ; ceci pour les auditifs. Enfin, pour un patient kinesthésique, il pourra être utilisé des tapotements, sur les genoux par exemple. Les différentes étapes d’une séance d’EMDR

  • Tout d’abord, la création d’un endroit de sécurité dans lequel le patient pourra se réfugier en cas d’abréaction intense. Il est important de noter que ces abréactions, contrairement à l’hypnose, sont provoquées, ceci pour permettre le retraitement de l’information, source du traumatisme.
  • Se remémorer le moment du traumatisme en laissant monter l’émotion et les sensations physiques associées, tout en gardant à l’esprit les aspects sensoriels les plus perturbants (image, son, odeur).
  • Suivre du regard, sans bouger la tête, le doigt du praticien, doigt qu’il déplace de gauche à droite (ou bips ou tapotements).
  • Une alternance de séquences de quelques dizaines de secondes, puis le patient exprime au praticien ses sensations, ses émotions et ses pensées.

Entre TCC (thérapie cognitive et comportementale) et hypnose : un juste équilibre

Faire revivre un traumatisme avec la même intensité peut paraître douloureux. Cependant le patient n’a plus les impacts du traumatisme à la fin de la séance, tout comme après une séance d’hypnose. Ce processus de stimulation, puis d’expression, est reproduit plusieurs fois pendant la séance. Le patient revit l’émotion de son traumatisme avec la même intensité mais pas la scène ; cette émotion va s’estomper jusqu’à disparaître. Cette expérience amène le patient à développer une pensée positive sur l’évènement qu’il a vécu…

Vous souhaitez en savoir plus sur cette thérapie moderne et efficace ? Contactez-nous ou inscrivez-vous à l’une de nos sessions de formations sur www.francetranseformation.com

Anne-Marie LOISON & Erwann REVOLT - Co-fondateur FTF